Centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale

« Et puis honneur à nos grands morts qui nous ont fait cette victoire ! (…) Grâce à eux, la France, (…) sera toujours le soldat de l’idéal.» C’est par ces mots que Georges CLEMENCEAU, s’est adressé à la Chambre des députés le 11 novembre 1918 après leur avoir annoncé la victoire des Alliés.

En ce 11 novembre 2018, jour de commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918 qui marqua la fin de la Première Guerre mondiale, le général de corps d’armée Philippe LOIACONO a rendu hommage à tous les soldats de France, d’hier ou d’aujourd’hui.


Le Gouverneur militaire de Lyon a tenu à rappeler le prix lourd de cette victoire. Car au lendemain des combats, le bilan du tribut imposé par la guerre se fait lourd : 1,4 millions de soldats Français morts ou disparus, 4,2 millions de blessés dont 300 000 gueules cassées, 600 000 veuves de guerre et 986 000 orphelins. Il a rappelé le sacrifice de ces hommes et femmes qui sont allés au bout de leur engagement pour servir la France et les Français.

Le général de corps d’armée Philippe LOIACONO a aussi rappelé que c’est pour protéger la France et les français que les militaires s’engagent, hier comme aujourd’hui, avec abnégation, constance et professionnalisme : en ce sens, le soldat de 2018 est le même que le poilu de 1918, notamment dans la mesure où ils partagent les mêmes valeurs de courage, de volonté, de sens du sacrifice et de fraternité d’armes.


Également journée nationale des morts pour la France, le général a souligné la reconnaissance de la Nation à l’égard de morts pour la France tombés depuis la Grande Guerre, notamment à l’Adjudant MOUGIN, au Maréchal des logis DERNONCOURT et au Caporal POCHYLSKI, tombés au combat cette année.

Les troupes ont défilées aux ordres du Colonel ROSIER, chef de corps du groupement de recrutement et de sélection (GRS), derrière le drapeau de l’École du Personnel Paramédical des Armées (EPPA), qui a officiellement pris ses quartiers à Bron au sein des écoles militaires de santé de Lyon-Bron (EMSLB) cette année.