Les chasseurs alpins au cœur du métier

Pour une formation d’adaptation montagne initiale (FAMI) hiver organisée par la 4e Cie, ce sont 34 chasseurs qui se sont retrouvé à Tignes, puis à Flaine, dans le fief du 27e BCA.

Si le stage se veut progressif, ces débutants doivent malgré tout apprendre en moins de 4 semaines le ski alpin, le ski de randonnée avec remontée en « peaux de phoque », la recherche de victimes en avalanches, la réalisation d’abris de fortune en milieu enneigé (igloo), l’évacuation de blessé en montagne, le tir au FAMAS avec skis aux pieds et le déplacement de nuit. Pour la partie théorique, des données sur la géographie des Alpes et les spécificités du terrain leur sont enseignés, afin de maitriser leur environnement.

Avec des conditions rudes, neige au début du stage, puis vague de froid (Les températures atteignent jusqu’à -25°C en haut des sommets), les stagiaires doivent sans cesse adapter leur tenue aux conditions et se créer un rituel chaque soir lors de la préparation du sac pour être sûr de ne rien oublier et être paré à toutes éventualités. Un des exercices phares de la formation est la réalisation d’un abri de fortune dans la neige, communément appelé igloo. En réalité, il existe différentes façons de procéder que les chasseurs expérimentent tour à tour. Le caporal Geoffroy témoigne : « ce n’était vraiment pas facile, nous avons pelleté pendant plus de 4 heures, tassé la neige, s’assurer que le plafond était solide, c’est un réel travail d’équipe. Mais à la fin, nous étions prêts à y dormir, nous avions même baptisé notre igloo le Bellagio ! »

L’adjudant Wilfried, en charge de la formation, leur enseigne également la descente en rappel dit suisse, technique qui consiste à descendre avec les skis aux pieds une pente très raide ou verglacée à l’aide d’une corde. Les chasseurs sont passés un à un sur cet exercice pour dévaler 50 mètres de pentes abruptes enneigées.

Enfin, plusieurs sessions sont consacrées à la recherche de victimes en avalanche. Munis de leur détecteur de victime en avalanche (DVA), les stagiaires sont chronométrés pour trouver les « victimes » (matérialisés par des sacs pour l’exercice) enfouies dans la neigeA L’issue de ces 4 semaines, un examen théorique et pratique est imposé aux participants. Un test écrit précède une épreuve physique : 1200 mètres de dénivelés à parcourir en moins de 3heures avec une partie d’équipement de passage, et une portion en ski alpins. Les tests sont concluants, tous les stagiaires ont validé leur brevet de ski militaire. Ils pourront profiter du reste de la saison pour peaufiner leur technique et augmenter leur vitesse d’ascension, car comme le disait le Général Lyautey, un chasseur alpin, « c’est l’allant, c’est l’allure, c’est le chic » !

©CCOM 27BCA