Côme et Damien, les Saints patrons des chirurgiens et des pharmaciens

Le 26 septembre, sont fêtés Saints Côme et Damien, deux frères jumeaux patrons des chirurgiens et des pharmaciens.

Nés au début de la chrétienté et  originaire d’Arabie ou de Cilicie, Côme et Damien pratiquaient la médecine,   et étaient à l’origine de nombreux miracles. Selon la légende, ils auraient reçu de Dieu le don de guérison.  Les gens accouraient de toutes parts pour être délivrés de leurs maux les plus incurables.

Accusés de  séduire le peuple et de faire déserter les temples des dieux, ils furent condamnés à mort avec le reste de leur fratrie pour avoir refusé de renier leur religion par un sacrifice aux idoles.

Mais leurs miracles continuèrent après leur mort.  Une nuit, le gardien d’une église érigée en leur honneur et dont la jambe était gangrénée, rapporta avoir vu Côme et Damien en rêve.

Dans ce rêve, les deux frères lui greffaient la jambe saine d’un éthiopien qui venait de décéder. Le lendemain matin, le gardien avait une jambe blanche et une jambe noire. La légende raconte que l’éthiopien, quant à lui reposait au cimetière, avec la jambe malade du gardien greffée.

Côme et Damien sont souvent représentés avec une robe fourrée, un chaperon ou bonnet cylindrique de médecin, une trousse et des instruments de chirurgien.

De nos jours…

L’existence de personnels militaires médicaux (médecins, chirurgiens, infirmiers…) est un élément déterminant de l’engagement des forces françaises dans le monde.

Les combattants savent que peu importe la nature ou le lieu de leur mission, ils seront pris en charge en cas de blessure ou de maladie par des personnels compétant sachant faire face et s’adapter au contexte opérationnel.

La mission du service de santé des Armées (SSA) est une mission de soutien. En tout temps en tous lieux, le SSA sait déployer une chaine santé opérationnelle complète qui s’articule autour de capacités de soins, de ravitaillement en produits de santé, d’évacuation médicale, d’évaluation et d’expertise des risques sanitaires mais aussi de commandement médical opérationnel.

Ce soutien s’appuie sur 3 principes cruciaux :

  • La médicalisation à l’avant, forme particulière et très spécifique d’exercice médical, qui intègre notamment le sauvetage au combat ;
  • La réanimation et la chirurgicalisation à l’avant sont les modalités d’intervention médicale spécialisée au plus tôt et au plus près du lieu de la blessure. L’équipe chirurgicale déployée à l’avant met en œuvre des techniques chirurgicales spécifiques, notamment la chirurgie de sauvetage ;
  • L’évacuation médicale (MEDEVAC) stratégique systématique et précoce, la France ne réalisant pas une hospitalisation prolongée sur le théâtre d’opérations. Le blessé ou malade est ainsi évacué vers la structure hospitalière la plus adaptée du territoire national métropolitain pour traitement définitif.

A Lyon, les écoles militaires de santé de Lyon-Bron forment des personnels de santé qui bénéficient, en plus de leur cursus médical, d’une expertise militaire leur permettant de s’adapter à l’exigence de la médecine militaire.