Comprendre le rôle des actions civilo-militaires

Hier, se tenait à Lyon une conférence sur les actions civilo-militaires. Organisée par la délégation régionale des jeunes de l’institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN) Auvergne Rhône Alpes, cette conférence était animée par différents intervenants du Centre interarmées des Actions sur l’Environnement (CIAE) dont le chef de corps, le colonel Dominique Lemaire.

La coopération civilo-militaire est une fonction destinée à favoriser l’intégration de la force dans son environnement humain en général, auprès des populations locales en particulier, afin de faciliter l’accomplissement de sa mission, le rétablissement d’une situation sécuritaire normale, la gestion de la crise par les autorités civiles (administration, action humanitaire, reprise économique…).

Elle s’articule autour de quatre objectifs :

-renforcer l’action militaire en créant un environnement favorable à la force ;

-contribuer à la cohérence des actions en assurant la synergie entre les actions de la force et celles des acteurs civils dans la zone ;

-accélérer la sortie de crise en facilitant la mise en place des acteurs civils avant de leur passer le relais ;

-participer au rayonnement de l’influence française.

 

Le général Pau, adjoint du gouverneur militaire de Lyon a clôturé cette conférence par ces mots :

 

« Si la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens, les actions civilo-militaires permettent de créer des conditions de paix stratégique. Nous sommes opérationnels pour gagner la guerre mais surtout pour conquérir la paix. »

Unité créée le 1er juillet 2012, le Centre interarmées des actions sur l’environnement est le fruit et le résultat de plusieurs années de réflexion et d’organisation. Bénéficiant notamment de l’expérience en Afghanistan et au Mali, le CIAE, organisme à vocation interarmées-Terre, s’inscrit aujourd’hui dans l’évolution de l’approche globale des conflits et la volonté d’accroître la capacité des armées françaises en matière d’action sur l’environnement humain des opérations. Composé de 200 militaires d’active spécialistes de l’armée Terre, de l’armée de l’Air, de la Marine et de la Gendarmerie et de personnels civils d’origines très diverses, le CIAE s’affiche aujourd’hui comme un vivier de compétences uniques dans les armées. Il est également renforcé par plus de 100 réservistes.