La musique militaire française

La musique militaire française

 

La musique pour transmettre les ordres

C’est au XVe siècle que la musique a commencé à accompagner les soldats au combat. Elle servait d’abord à transmettre les ordres, c’est ce qu’on appelle la céleustique. Les tambours, fifres, trompettes et timbales, cellules organiques d’origine des musiques militaires, sonnaient les signaux de manœuvres et les ordres du commandement. Les grandes campagnes de guerre du XIVe, XVe et XVIe siècle ont donné lieu à de nombreux chants guerriers.

Les musiques militaires ont peu à peu endossé un rôle de représentation, en accompagnant les défilés de victoire et les entrées en ville conquise ou libérée.

Les premières marches militaires

C’est pendant le règne du roi Louis XIV et de son ministre Louvois, que la musique militaire prend forme. Les compositeurs Lully, Couperin et Philidor écriront les premières marches militaires en ajoutant aux instruments traditionnels des flûtes, des hautbois et des bassons. Sous l’impulsion du monarque soucieux du prestige de ses armes, les musiques deviendront des outils de divertissement et de communication et se produiront en plein air devant la cour et le peuple. Déjà à cette époque, elles participent au lien entre l’armée et la nation.

Au XVIIIe siècle, par ordonnance royale, certains régiments se voient dotés d’orchestres de huit musiciens et se voient renforcés par des clarinettes, des cors et des percussions. Les musiques sont alors chargées de la présentation au drapeau, des parades, des convois dignitaires, des défilés et entrées d’honneur ainsi que des messes militaires.

La réforme d’Adolphe Sax marque un tournant dans la musique militaire. Il invente une clarinette basse puis la famille des saxophones et des saxhorns. En 1845, la réforme des orchestres militaires intègre les instruments de Sax aux formations musicales militaires.

Les musiques militaires au siècle dernier

Au début du XXe siècle, les 163 régiments d’infanterie de l’armée française sont dotés chacun d’une musique composée de 38 exécutants, 1 chef et 1 sous-chef dont la hiérarchie des grades (sous-lieutenant, lieutenant, capitaine) est établie en 1902, avec dès 1928 possibilité d’accéder au grade de commandant sur concours.

Entre les deux guerres, l’effectif des formations musicales passe de 38 à 58 musiciens, une école de sous-chef de musique ouvre ses portes à Courbevoie en 1930, la sonnerie Aux morts composée par Pierre Dupont est jouée pour la 1re fois à l’Arc de triomphe de l’Étoile le 14 juillet 1931, la fanfare de la Garde républicaine (France) voit le jour à Issy-les-Moulineaux en 1934 et la Musique de l’Air est fondée en 1936.

En 1989, une réglementation des musiques prévoit pour l’armée de Terre des formations territoriales et régimentaires.

De nos jours

Aujourd’hui, les formations musicales militaires accompagnent de cérémonial militaire et se produisent également en dehors des événements protocolaires pour le rayonnement des Armées.

Achetez vos billets