Expérimentation OTAN : étude MSG-128

Du 20 au 24 mars 2017, une importante expérimentation OTAN a été menée au sein de l’Air Operations Centre of Excellence (CASPOA), sur la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun.

Centre d’Excellence de l’OTAN depuis 2008, l’Air Operations Centre of Excellence est un des 23 centres de ce type au sein de l’Alliance. Il est le seul centre français et le seul expert en matière de C2 Air (Command and Control). Depuis 2012, il est membre de droit du NATO Modeling and Simulation Group (NMSG) qui soutient les études prospectives de l’OTAN.

L’expérimentation inscrite dans l’étude intitulée MSG-128 « Incremental implementation of NATO Mission Training through Distributed Simulation (MTDS) operations », et qui s’est déroulée au sein de cette unité opérationnelle, avait pour objectif de démontrer l’interopérabilité des systèmes air de l’OTAN.

Cette étude a permis l’interconnexion de différents simulateurs (Awacs, Eurofighter, C130, CRC, F16 et F18) entre la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Canada, et la Norvège. Elle s’inscrivait pleinement dans la feuille de route du MTDS de l’OTAN.

Concrètement, l’Air Operations CoE a utilisé le moteur de simulation du futur ACCS (Air Command and Control System) de l’OTAN (nommé Poséidon) fourni par la société Thales. Relié par un réseau dédié, chacun des pays a fourni une capacité opérationnelle à l’aide de ses simulateurs respectifs.

Grâce au support industriel apporté à la France par les deux entités Thales (Thales Air Operations et Thales Training and Simulation) sur les différents systèmes de simulation air de cette communauté otanienne, l’Air Operations CoE a pu mettre à profit son expertise du domaine C2 Air. Les défis techniques de la mise en œuvre d’une telle structure ont pu être relevés et prouver ainsi son interopérabilité.

En vue de la future mise en place du système de l’ACCS et de sa capacité de simulation fournie, cet exercice s’est révélé une étape clé dans la montée en puissance de l’Air Operations CoE via un tel entraînement.

Suite au retour d’expérience, le groupe d’étude devra se prononcer sur la définition d’une infrastructure technique permanente et proposer des recommandations d’interconnexion pour les simulateurs qui permettent un entraînement collectif dédié aux missions aériennes, dans un environnement quasi réel.

L’étape suivante sera la mise en place progressive d’une capacité d’entraînement aux opérations aériennes interarmées, pour des exercices OTAN intégrant des C2 de niveau JFAC (Joint Force Air Component) et de l’ensemble de la chaîne tactique (C2 subordonnés, capteurs et systèmes d’armes).

Texte ©CCOM CDAOA
Photos © Luca HARDY/Armée de l’Air/Défense