Les petits guides

Du 15 janvier au 9 février 2018, 15 militaires du 27e bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) ont participé à un stage exigeant afin de recevoir la qualification de chef d’équipe en haute montagne (CEHM).

Ouvert aux militaires du rang possédant le brevet d’alpiniste et de skieur militaire, ce stage permet d’acquérir un savoir-faire nécessaire afin de prendre sous sa responsabilité une cordée de 3 personnes. D’une durée de 4 semaines, il est sanctionné par un examen d’entrée et un examen final réputé difficile.

« La première semaine, nous avons travaillé les montées en ski alpinisme et les descentes en hors-pistes pour se préparer au test. Nous étions 26 et il n’y avait que 15 places. Il y avait clairement une compétition entre nous, on voulait tous être pris au stage » raconte un caporal-chef, qui en est à son 2e essai pour intégrer ce stage hiver.

Un autre se souvient de la 2ème semaine : « Nous sommes partis dans le massif de Queyras, près de Briançon. On n’avait encore jamais skié dans ce coin, et l’accueil fut excellent. Puis les choses se sont nettement corsées en arrivant à l’école militaire de haute montagne (EMHM) à Chamonix, le berceau de l’alpinisme européen ! Tout s’enchaine très vite, entre cours technique pour faire un mouflage, 1400mètres de dénivelé en moyenne par jour, les nuits en refuge à étudier la topographie, les descentes en rappels, les cordées, un programme qui laisse peu de place pour déjeuner et qui impose souvent un retour en bas des pistes à la lampe frontale… »

Pour le caporal Adrien, c’est la descente à ski en cordée qu’il n’est pas prêt d’oublier : « il fallait descendre tous au même rythme, parfaitement coordonné malgré une pente raide et une neige croutée, j’étais très concentré : une chute nous aurait fait tous tombés. » se remémore-t-il.

Enfin, la dernière semaine arrive avec son épreuve ultime, un raid de 2 jours alliant toutes les connaissances accumulés durant le stage et un haut niveau de fatigue. « Faut s’accrocher. Je pratique le crossfit dans le civil, j’ai l’habitude des entrainements durs, mais là, c’était autre chose » explique une jeune caporale. « Durant le raid, un ski a glissé dans une crevasse. J’ai moins ri quand j’ai compris qu’il s’agissait du mien et qu’il fallait que je fasse 50 mètres de dénivelé en rappel aller/retour pour aller le récupérer » ironise un autre caporal-chef. « Heureusement, la nuit en igloo s’est bien passé malgré les bourrasques de vents, mais il a fallu quand même porter son sac de bivouac (environ 25 kg) tout le lendemain ! ».

Finalement, 14 sur les 15 rentreront au 27e BCA avec leur stage validé.

Un conseil ? « Révisez vos nœuds, travaillez votre cardio, faites-vous les cuisses, et ne vous découragez pas dès que le mauvais temps est de la partie ! » à bon entendeur…

©27BCA