Menace sans frontière

Mardi 18 septembre, le chef conduite du Centre national des opérations aériennes (CNOA) reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand, l’invitant à surveiller attentivement les échanges concernant la situation aérienne en Allemagne.

D’après les dernières informations, deux Eurofighter de la permanence opérationnelle (PO) allemande viennent de décoller pour intercepter un avion civil, classé « Renegade » (détournement d’un avion commercial à des fins terroristes), qui se dirige vers la France.

Le scénario de cet exercice bilatéral franco-allemand STRANGE VOYAGER se met en place. Objectif : tester les procédures communes de police du ciel, en mettant en application les mesures transfrontalières de sûreté aérienne.

A 10h03, le CNOA, sur ordre de la Haute autorité de défense aérienne (HADA), demande le décollage de la PO française afin de rejoindre l’avion « plastron », un Learjet 35, déjà escorté par la PO allemande. Le Rafale prend le relais des Eurofighter dans l’espace aérien français, de façon à ce que l’aéronef suspect reste sous escorte militaire permanente.

Le pilote français effectue les Mesures actives de sûreté aérienne (MASA) : observation visuelle, prise de photos et interrogation radio, afin d’obtenir des renseignements sur l’avion détourné. Le plastron répond aux injonctions du pilote et demande une assistance médicale, le copilote étant blessé. L’exercice prend fin à 11h00.

Ces exercices transfrontaliers font suite aux accords bilatéraux entre la France et les pays limitrophes, et permettent d’entraîner les chaînes de commandement et de contrôle (C2) des armées de l’air concernées. Ils apportent une garantie de bon déroulement des procédures et des transmissions d’informations, pierre angulaire de l’exécution 24h/24 et 7J/7 de la mission prioritaire de sûreté aérienne confiée au Commandement de la Défense Aérienne et des Opérations Aériennes (CDAOA).

©CDAOA