La réserve opérationnelle, résilience du Puy de Dôme

Du 20 au 22 novembre 2018, à l’hôtel des états-majors situé à Clermont-Ferrand, une équipe d’une dizaine d’officiers et de sous-officiers réservistes, a mené un exercice de gestion de crise sur le Puy-de-Dôme. Cette équipe était composée des réservistes de la Délégation Militaire Départementale du Puy de Dôme, nos concitoyens.

L’objectif visait à entrainer ces militaires insérés dans une Cellule de Suivi de Crise (CSC) en collaboration avec la chaine territoriale et nationale jouées elles fictivement, par des animateurs. A partir de scénarios de crise réalistes et des retours d’expérience comme pour les catastrophes naturelles, attentats, ou protection d’autorités, la CSC animée par le commandement militaire Auvergne-Rhone Alpes, a fait face à des demandes de soutien et d’appui requis, fictivement, par les autorités civiles .

L’échelon départemental de la préfecture et celui des armées, représenté par la délégation militaire départementale sous l’autorité du général Bertrand Vallette d’Osia, avait pour mission de renseigner, commander et coordonner sur le terrain les forces armées engagées en coopération des forces de sécurité à la demande des autorités civiles. Les différents échelons régionaux et centraux étaient ainsi alimentés de leurs analyses. Ces derniers informés en temps réels de la situation face aux crises rencontrées, ont pu alors générer l’engagement de moyens et de forces complémentaires lorsque la situation locale et son analyse l’exigeaient.
L’exercice a permis de valider les savoir-faire opérationnels tout en optimisant la coordination des chaines civiles et militaires venues au secours de la population.

La population des réservistes présents lors de l’exercice témoignent de l’engagement des citoyens de tout le département et de tous les milieux : jeunes cadre d’entreprise, photographe professionnel, directeur d’institut d’agronomie, retraités des Armées et d’autres encore.

Ces profils variés servent la résilience du territoire au travers de leur engagement dans la garde nationale.

©DMD 63