Sainte Barbe, patronne de l’artillerie et du génie

Fille du roi Dioscore de Nicodémie (ville se trouvant dans l’actuelle Turquie), elle vécut pieusement au IIIe siècle avant JC.

Elle refusa catégoriquement tout mariage afin de pouvoir se consacrer exclusivement à Dieu. Excédé, son père la livra lui-même au Gouverneur romain pour qu’elle soit martyrisée. Perdant patience, il finit par lui trancher lui-même la tête. La foudre le frappa aussitôt et il mourut sur le coup.

Sainte Barbe, patronne des sapeurs et artilleurs

L’origine du nom « sapeur » conféré aux militaires de l’arme du génie vient de leur mission première qui consistait à exécuter des sapes – des tunnels ou des tranchées – qui étaient alors utilisées pour pénétrer les bâtiments ennemis, grâce à des explosifs. De nos jours, les régiments du génie sont en charge de la mise en place des infrastructures nécessaires aux spécificités du combat militaire.

Les artilleurs sont quant à eux  spécialisés dans l’appui des troupes dans la profondeur, grâce à l’emploi d’armes, notamment les nouveaux canons CAESAR, dotées des dernières technologies d’acquisition, de confirmation et de neutralisation d’un objectif. Postés au cœur du combat, les artilleurs délivrent les feux au profit d’une action d’ensemble.

De par la légende qui l’entoure, Sainte Barbe a donc été choisie comme patronne des artilleurs, des sapeurs et de toutes les professions qui terrassent l’ennemi de leur feu et, par extension, à tous ceux qui le manipulent. La brigade des sapeurs-pompiers de Paris ainsi que les sapeurs des unités d’instruction et d’intervention de la sécurité civile sont également sous sa protection.